lundi 30 juin 2014

Acte 1 - Scène 5

Another part of the platform.

HAMLET — Where wilt thou lead me? speak; I'll go no further.
GHOST — Mark me.
HAMLET — I will.
GHOST — My hour is almost come,
When I to sulphurous and tormenting flames
Must render up myself.
HAMLET — Alas, poor ghost!
GHOST — Pity me not, but lend thy serious hearing
To what I shall unfold.
HAMLET — Speak; I am bound to hear.
GHOST — So art thou to revenge, when thou shalt hear.
HAMLET — What?
GHOST — I am thy father's spirit,
Doom'd for a certain term to walk the night,
And for the day confined to fast in fires,
Till the foul crimes done in my days of nature
Are burnt and purged away. But that I am forbid
To tell the secrets of my prison-house,
I could a tale unfold whose lightest word
Would harrow up thy soul, freeze thy young blood,
Make thy two eyes, like stars, start from their spheres,
Thy knotted and combined locks to part
And each particular hair to stand on end,
Like quills upon the fretful porpentine:
But this eternal blazon must not be
To ears of flesh and blood. List, list, O, list!
If thou didst ever thy dear father love--
GHOST — Revenge his foul and most unnatural murder.
HAMLET — Murder!
GHOST — Murder most foul, as in the best it is;
But this most foul, strange and unnatural.
HAMLET — Haste me to know't, that I, with wings as swift
As meditation or the thoughts of love,
May sweep to my revenge.
GHOST — I find thee apt;
And duller shouldst thou be than the fat weed
That roots itself in ease on Lethe wharf,
Wouldst thou not stir in this. Now, Hamlet, hear:
'Tis given out that, sleeping in my orchard,
A serpent stung me; so the whole ear of Denmark
Is by a forged process of my death
Rankly abused: but know, thou noble youth,
The serpent that did sting thy father's life
Now wears his crown.
HAMLET — O my prophetic soul! My uncle!
GHOST — Ay, that incestuous, that adulterate beast,
With witchcraft of his wit, with traitorous gifts,--
O wicked wit and gifts, that have the power
So to seduce!--won to his shameful lust
The will of my most seeming-virtuous queen:
O Hamlet, what a falling-off was there!
From me, whose love was of that dignity
That it went hand in hand even with the vow
I made to her in marriage, and to decline
Upon a wretch whose natural gifts were poor
To those of mine!
But virtue, as it never will be moved,
Though lewdness court it in a shape of heaven,
So lust, though to a radiant angel link'd,
Will sate itself in a celestial bed,
And prey on garbage.
But, soft! methinks I scent the morning air;
Brief let me be. Sleeping within my orchard,
My custom always of the afternoon,
Upon my secure hour thy uncle stole,
With juice of cursed hebenon in a vial,
And in the porches of my ears did pour
The leperous distilment; whose effect
Holds such an enmity with blood of man
That swift as quicksilver it courses through
The natural gates and alleys of the body,
And with a sudden vigour doth posset
And curd, like eager droppings into milk,
The thin and wholesome blood: so did it mine;
And a most instant tetter bark'd about,
Most lazar-like, with vile and loathsome crust,
All my smooth body.
Thus was I, sleeping, by a brother's hand
Of life, of crown, of queen, at once dispatch'd:
Cut off even in the blossoms of my sin,
Unhousel'd, disappointed, unanel'd,
No reckoning made, but sent to my account
With all my imperfections on my head:
O, horrible! O, horrible! most horrible!
If thou hast nature in thee, bear it not;
Let not the royal bed of Denmark be
A couch for luxury and damned incest.
But, howsoever thou pursuest this act,
Taint not thy mind, nor let thy soul contrive
Against thy mother aught: leave her to heaven
And to those thorns that in her bosom lodge,
To prick and sting her. Fare thee well at once!
The glow-worm shows the matin to be near,
And 'gins to pale his uneffectual fire:
Adieu, adieu! Hamlet, remember me.
HAMLET — O all you host of heaven! O earth! what else?
And shall I couple hell? O, fie! Hold, hold, my heart;
And you, my sinews, grow not instant old,
But bear me stiffly up. Remember thee!
Ay, thou poor ghost, while memory holds a seat
In this distracted globe. Remember thee!
Yea, from the table of my memory
I'll wipe away all trivial fond records,
All saws of books, all forms, all pressures past,
That youth and observation copied there;
And thy commandment all alone shall live
Within the book and volume of my brain,
Unmix'd with baser matter: yes, by heaven!
O most pernicious woman!
O villain, villain, smiling, damned villain!
My tables,--meet it is I set it down,
That one may smile, and smile, and be a villain;
At least I'm sure it may be so in Denmark:
So, uncle, there you are. Now to my word;
It is 'Adieu, adieu! remember me.'
I have sworn 't.
MARCELLUS & HORATIO — Within My lord, my lord,--
MARCELLUSWithin Lord Hamlet,--
HORATIOWithin Heaven secure him!
HAMLET — So be it!
HORATIOWithin Hillo, ho, ho, my lord!
HAMLET — Hillo, ho, ho, boy! come, bird, come.
MARCELLUS — How is't, my noble lord?
HORATIO — What news, my lord?
HAMLET — O, wonderful!
HORATIO — Good my lord, tell it.
HAMLET — No; you'll reveal it.
HORATIO — Not I, my lord, by heaven.
MARCELLUS — Nor I, my lord.
HAMLET — How say you, then; would heart of man once think it?
But you'll be secret?
HORATIO & MARCELLUS — Ay, by heaven, my lord.
HAMLET — There's ne'er a villain dwelling in all Denmark
But he's an arrant knave.
HORATIO — There needs no ghost, my lord, come from the grave
To tell us this.
HAMLET — Why, right; you are i' the right;
And so, without more circumstance at all,
I hold it fit that we shake hands and part:
You, as your business and desire shall point you;
For every man has business and desire,
Such as it is; and for mine own poor part,
Look you, I'll go pray.
HORATIO — These are but wild and whirling words, my lord.
HAMLET — I'm sorry they offend you, heartily;
Yes, 'faith heartily.
HORATIO — There's no offence, my lord.
HAMLET — Yes, by Saint Patrick, but there is, Horatio,
And much offence too. Touching this vision here,
It is an honest ghost, that let me tell you:
For your desire to know what is between us,
O'ermaster 't as you may. And now, good friends,
As you are friends, scholars and soldiers,
Give me one poor request.
HORATIO — What is't, my lord? we will.
HAMLET — Never make known what you have seen to-night.
HORATIO & MARCELLUS — My lord, we will not.
HAMLET — Nay, but swear't.
HORATIO — In faith,
My lord, not I.
MARCELLUS — Nor I, my lord, in faith.
HAMLET — Upon my sword.
MARCELLUS — We have sworn, my lord, already.
HAMLET — Indeed, upon my sword, indeed.
GHOSTBeneath Swear.
HAMLET — Ah, ha, boy! say'st thou so? art thou there,
Come on--you hear this fellow in the cellarage--
Consent to swear.
HORATIO — Propose the oath, my lord.
HAMLET — Never to speak of this that you have seen,
Swear by my sword.
GHOSTBeneath Swear.
HAMLET — Hic et ubique? then we'll shift our ground.
Come hither, gentlemen,
And lay your hands again upon my sword:
Never to speak of this that you have heard,
Swear by my sword.
GHOSTBeneath Swear.
HAMLET — Well said, old mole! canst work i' the earth so fast?
A worthy pioner! Once more remove, good friends.
HORATIO — O day and night, but this is wondrous strange!
HAMLET — And therefore as a stranger give it welcome.
There are more things in heaven and earth, Horatio,
Than are dreamt of in your philosophy. But come;
Here, as before, never, so help you mercy,
How strange or odd soe'er I bear myself,
As I perchance hereafter shall think meet
To put an antic disposition on,
That you, at such times seeing me, never shall,
With arms encumber'd thus, or this headshake,
Or by pronouncing of some doubtful phrase,
As 'Well, well, we know,' or 'We could, an if we would,'
Or 'If we list to speak,' or 'There be, an if they might,'
Or such ambiguous giving out, to note
That you know aught of me: this not to do,
So grace and mercy at your most need help you, Swear.
GHOST —Beneath Swear.
HAMLET — Rest, rest, perturbed spirit!
They swear
So, gentlemen,
With all my love I do commend me to you:
And what so poor a man as Hamlet is
May do, to express his love and friending to you,
God willing, shall not lack. Let us go in together;
And still your fingers on your lips, I pray.
The time is out of joint: O cursed spite,
That ever I was born to set it right!
Nay, come, let's go together.
      Une autre partie de la plate-forme.
Hamlet et le Spectre reviennent.

HAMLET — Où veux-tu me conduire ? parle, je n’irai pas plus loin.
LE SPECTRE — Ecoute-moi bien.
HAMLET — J’écoute.
LE SPECTRE — L’heure est presque arrivée
où je dois retourner dans les flammes sulfureuses
qui servent à mon tourment.
HAMLET — Hélas ! pauvre ombre !
LE SPECTRE — Ne me plains pas, mais prête ta sérieuse attention
à ce que je vais te révéler.
HAMLET — Parle ! je suis tenu d’écouter.
LE SPECTRE — Comme tu le seras de tirer vengeance, quand tu auras écouté.
HAMLET — Comment ?
LE SPECTRE — Je suis l’esprit de ton père,
condamné pour un certain temps à errer la nuit,
et, le jour, à jeûner dans une prison de flamme,
jusqu’à ce que le feu m’ait purgé des crimes noirs
commis aux jours de ma vie mortelle. S’il ne m’était pas interdit
de dire les secrets de ma prison,
je ferais un récit dont le moindre mot
labourerait ton âme, glacerait ton jeune sang,
ferait sortir de leurs sphères tes yeux comme deux étoiles,
déferait le noeud de tes boucles tressées,
et hérisserait chacun de tes cheveux sur ta tête
comme des aiguillons sur un porc-épic furieux.
Mais ces descriptions du monde éternel ne sont pas faites
pour des oreilles de chair et de sang. . . Ecoute, écoute, oh ! écoute !
Si tu as jamais aimé ton tendre père. . .
HAMLET — Ô ciel !
LE SPECTRE — Venge-le d’un meurtre horrible et monstrueux.
HAMLET — D’un meurtre ?
LE SPECTRE — Un meurtre horrible ! le plus excusable l’est ;
mais celui-ci fut le plus horrible, le plus étrange, le plus monstrueux.
HAMLET — Fais-le-moi vite connaître, pour qu’avec des ailes rapides
comme l’idée ou les pensées d’amour,
je vole à la vengeance !
LE SPECTRE — Tu es prêt, je le vois.
Tu serais plus inerte que la ronce qui s’engraisse
et pourrit à l’aise sur la rive du Léthé,
si tu n’étais pas excité par ceci. Maintenant, Hamlet, écoute !
On a fait croire que, tandis que je dormais dans mon jardin,
un serpent m’avait piqué : ainsi, toutes les oreilles du Danemark
ont été grossièrement abusées par un récit forgé de ma mort.
Mais, sache-le, toi, noble jeune homme !
le serpent qui a mordu ton père mortellement
porte aujourd’hui sa couronne.
HAMLET — Ô mon âme prophétique ! Mon oncle ?
LE SPECTRE — Oui, ce monstre incestueux, adultère,
par la magie de son esprit, par ses dons perfides
(oh ! maudits soient l’esprit et les dons qui ont le pouvoir
de séduire à ce point ! ), a fait céder à sa passion honteuse
la volonté de ma reine, la plus vertueuse des femmes en apparence. . .
Ô Hamlet, quelle chute !
De moi, en qui l’amour toujours digne
marchait, la main dans la main, avec la foi
conjugale, descendre
à un misérable dont les dons naturels étaient
si peu de chose auprès des miens !
Mais, ainsi que la vertu reste toujours inébranlable,
même quand le vice la courtise sous une forme céleste ;
de même la luxure, bien qu’accouplée à un ange rayonnant,
aura beau s’assouvir sur un lit divin,
elle n’aura pour proie que l’immondice.
Mais, doucement ! il me semble que je respire la brise du matin.
Abrégeons. Je dormais dans mon jardin,
selon ma constante habitude, dans l’après-midi.
À cette heure de pleine sécurité, ton oncle se glissa près de moi
avec une fiole pleine du jus maudit de la jusquiame,
et m’en versa dans le creux de l’oreille
la liqueur pestilentielle. L’effet
en est funeste pour le sang de l’homme ;
rapide comme le vif-argent, elle s’élance à travers
les issues et les allées naturelles du corps ;
et, par une action soudaine, fait figer
et cailler, comme une goutte d’acide fait du lait,
le sang le plus limpide et le plus pur. C’est ce que j’éprouvai ;
et tout à coup je sentis, pareil à Lazare,
la lèpre couvrir partout d’une croûte infecte et hideuse
la surface lisse de mon corps.
Voilà comment dans mon sommeil la main d’un frère
me ravit à la fois existence, couronne et reine.
Arraché dans la floraison même de mes péchés,
sans sacrements, sans préparation, sans viatique,
sans m’être mis en règle, j’ai été envoyé devant mon juge,
ayant toutes mes fautes sur ma tête.
Ô ! horrible ! horrible ! oh ! bien horrible (7) !
Si tu n’es pas dénaturé, ne supporte pas cela ; que le lit royal de Danemark ne soit pas
la couche de la luxure et de l’inceste damné !
Mais, quelle que soit la manière dont tu poursuives cette action,
que ton esprit reste pur, que ton âme s’abstienne
de tout projet hostile à ta mère ; abandonne-la au ciel
et à ces épines qui s’attachent à son sein
pour la piquer et la déchirer. Adieu, une fois pour toutes !
Le ver luisant annonce que le matin est proche,
et commence à pâlir ses feux impuissants. Adieu, adieu, Hamlet ! Souviens-toi de moi.
Le spectre sort.
HAMLET — Ô vous toutes, légions du ciel ! Ô terre ! Quoi encore ?
Y accouplerai-je l’enfer ?. . . Infamie !. . . Contiens-toi, contiens-toi, mon coeur !
et vous, mes nerfs, ne devenez pas brusquement séniles,
et tenez-moi raide ! Me souvenir de toi !
Oui, pauvre ombre, tant que ma mémoire aura son siége
dans ce globe égaré. Me souvenir de toi !
Oui, je veux du registre de ma mémoire
effacer tous les souvenirs vulgaires et frivoles,
tous les dictons des livres, toutes les formes, toutes les impressions
qu’y ont copiées la jeunesse et l’observation ;
et ton ordre vivant remplira seul
les feuillets du livre de mon cerveau,
fermé à ces vils sujets. Oui, par le ciel !
Ô la plus perfide des femmes !
Ô scélérat ! scélérat ! scélérat souriant et damné !
Mes tablettes ! mes tablettes ! Il importe d’y noter
qu’un homme peut sourire, sourire, et n’être qu’un scélérat.
Du moins, j’en suis sûr, cela se peut en Danemark.
Il écrit.
Ainsi, mon oncle, vous êtes là. Maintenant le mot d’ordre, c’est : Adieu ! adieu !
Souviens-toi de moi ! Je l’ai juré.
HORATIOderrière la scène Monseigneur ! monseigneur !
MARCELLUSderrière la scène Seigneur Hamlet !
HORATIOderrière la scène Le ciel le préserve !
MARCELLUSderrière la scène Ainsi soit-il !
HORATIO — Hillo ! ho ! ho ! monseigneur !
HAMLET — Hillo ! ho ! ho ! page ! Viens, mon faucon, viens !
Entrent Horatio et Marcellus
MARCELLUS — Que s’est-il passé, mon noble seigneur ?
HORATIO — Quelle nouvelle, monseigneur ?
HAMLET — Oh ! prodigieuse !
HORATIO — Mon bon seigneur, dites-nous-la.
HAMLET — Non ;
vous la révéleriez.
HORATIO — Pas moi, monseigneur j’en jure par le ciel.
MARCELLUS — Ni moi, monseigneur.
HAMLET — Qu’en dites-vous donc ? quel coeur d’homme l’eût jamais pensé ?. . .
Mais vous serez discrets ?
HORATIO & MARCELLUS — Oui, par le ciel, monseigneur !
HAMLET — S’il y a dans tout le Danemark un scélérat. . .
c’est un coquin fieffé.
HORATIO — Il n était pas besoin, monseigneur, qu’un fantôme sortît de la tombe
pour nous apprendre cela.
HAMLET — Oui, c’est vrai ; vous êtes dans le vrai :
ainsi donc, sans plus de circonlocutions,
je trouve à propos que nous nous serrions la main et que nous nous quittions,
vous aller où vos affaires et vos besoins vous appelleront
(car chacun a ses affaires et ses besoins, quels qu’ils soient),
et moi, pour ma pauvre petite part, voyez-vous, je vais prier.
HORATIO — Ce sont là des paroles égarées et vertigineuses, monseigneur.
HAMLET — Je suis fâché qu’elles vous offensent, fâché du fond du coeur ;
oui, vrai ! du fond du coeur.
HORATIO — Il n’y a pas d’offense, monseigneur.
HAMLET — Si, par saint Patrick ! il y en a une,
une offense bien grave encore. En ce qui touche cette vision,
c’est un honnête fantôme, permettez-moi de vous le dire :
quant à votre désir de connaître ce qu’il y a entre nous,
maîtrisez-le de votre mieux. Et maintenant, mes bons amis,
si vous êtes vraiment des amis, des condisciples, des compagnons d’armes,
accordez-moi une pauvre faveur.
HORATIO — Qu’est-ce, monseigneur ?
HAMLET — Ne faites jamais connaître ce que vous avez vu cette nuit.
HORATIO & MARCELLUS — Jamais, monseigneur.
HAMLET — Bien ! mais jurez-le.
HORATIO — Sur ma foi !
monseigneur, je n’en dirai rien.
MARCELLUS — Ni moi, monseigneur, sur ma foi !
HAMLET — Jurez sur mon épée.
MARCELLUS — Nous avons déjà juré, monseigneur.
HAMLET — Jurez sur mon épée, jurez !
LE SPECTREde dessous terre Jurez !
HAMLET — Ah ! ah ! mon garçon, est-ce toi qui parles ? es-tu là, sou vaillant ?
Allons !. . . vous entendez le gaillard dans la cave,
consentez à jurer.
HORATIO — Prononcez la formule, monseigneur !
HAMLET — Ne jamais dire un mot de ce que vous avez vu ;
jurez-le sur mon épée.
LE SPECTREde dessous terre Jurez !
HAMLET — Hic et ubique. Alors, changeons de place.
Venez ici, messieurs,
et étendez encore les mains sur mon épée.
Vous ne parlerez jamais de ce que vous avez entendu,
jurez-le sur mon épée.
LE SPECTREde dessous terre Jurez !
HAMLET — Bien dit, vieille taupe ! Peux-tu donc travailler si vite sous terre ?
L’excellent pionnier ! Eloignons-nous encore une fois, mes bons amis.
HORATIO — Nuit et jour ! voilà un prodige bien étrange !
HAMLET — Donnez-lui donc la bienvenue due à un étranger.
Il y a plus de choses sur la terre et dans le ciel, Horatio,
qu’il n’en est rêvé dans votre philosophie. Mais venez donc.
Jurez ici, comme tout à l’heure, et que le ciel vous soit en aide !
Quelque étrange ou bizarre que soit ma conduite,
car il se peut que, plus tard, je juge convenable
d’affecter une allure fantasque,
jurez que, me voyant alors, jamais il ne vous arrivera,
en croisant les bras de cette façon, en hochant la tête ainsi,
ou en prononçant quelque phrase douteuse,
comme : « Bien ! bien ! Nous savons ! » ou : « Nous pourrions si nous voulions ! »
ou : « S’il nous plaisait de parler ! » ou : « Il ne tiendrait qu’à nous ! »
ou tel autre mot ambigu, de donner à entendre
que vous avez un secret de moi. Jurez cela,
et que la merci divine vous assiste au besoin !
Jurez !
LE SPECTREde dessous terre Jurez !
HAMLET — Calme-toi ! calme-toi, âme en peine ! Sur ce, messieurs,
je me recommande à vous de toute mon affection ;
et tout ce qu’un pauvre homme comme Hamlet
pourra faire pour vous exprimer son affection et son amitié,
sera fait, Dieu aidant. Rentrons ensemble,
et toujours le doigt sur les lèvres, je vous prie.
Notre époque est détraquée. Maudite fatalité,
que je sois jamais né pour la remettre en ordre !
Eh bien ! allons ! partons ensemble !
Ils sortent.
      Entre une palissade et les remparts
Entre le Spectre suivi de Hamlet

HAMLET — Où veux-tu me conduire ? Exprime-toi. Je manque d’aplomb pour pousser plus avant.
GHOST — Note bien mes paroles.
GHOST — L’heure s’approche de m’abandonner aux souffrances du Tartare
En descendant dans les tourments de ses sévères feux.
HAMLET — Malheur ! Funeste sort.
GHOST — Ne t’apitoie point sur mon sort ni n’en fais mine, mais prête une attention assidue
À ce dont je me dois de t’informer.
HAMLET — Parle, je n’ai d’autre issue que t’entendre.
GHOST — Tu ne pourras plus que pousser un cri de vengeance
Quand le sel tiré de mon histoire t’aura tiré des larmes.
HAMLET — Que dois-je ouïr ?
GHOST — Je suis l’ombre de ton père,
Condamné pour quelque finalité à déambuler dans la nuit
Et dans les feux du jour à jeûner,
Tant que les crimes odieux commis de mon vivant
N’auront pas été consumés puis expurgés.
Que ne suis-je libre d’éventer les secrets de ma prison,
Je pourrais dérouler un récit dont le plus bénin des mots
Déchirerait ton âme, glacerait ton jeune sang, exorbiterait
Tes yeux comme des astres fixes sortis de leur sphère,
Disjoindrait les anneaux tricotés de ta cotte
Dresserait sur sa base jusqu’au dernier de tes cheveux
À l’image du farouche piquant de l’oursin,
Mais cette sempiternelle geste inépuisable ne saurait
Sans dommage venir à des oreilles de chair et de sang.
Écoute donc, et que tes oreilles en rougissent, écoute moi dire,
Si jamais tu aimas ton tendre père.
HAMLET — Ô Dieu !
GHOST — Venge la façon atroce et contre-nature dont il fut tué.
HAMLET — Tué ?
GHOST — Tué ! Odieuse et bête, aucune mort qui ne le soit,
Mais celle-ci plus encore étrange, odieuse et pleinement contre-nature.
HAMLET — Eclaire-moi sans surseoir, afin qu’avec des ailes aussi agiles
Que spéculations ou idées amoureuses, je courre, vole et me venge.
GHOST — Je te sens prêt. Il te faudrait être plus stupide que les herbes folles
Qui s’engraissent aux berges du Léthé pour ne pas en être remué.
Écoute, Hamlet, désormais : on a laissé accroire que, dormant en mon verger,
Un serpent me tua; c’est ainsi que l’oreille de la cité se trouve égarée
Par un artifice de ma disparition.
Apprends donc ce que jeunesse ne sait encore,
Que le serpent qui ravit la vie de ton père
Porte aujourd’hui sa couronne sur la tête.
HAMLET — Quelle âme prophétique je suis ! Mon oncle !
GHOST — Moisissure ! Cette bête animée par l’adultère et l’inceste,
Oui, lui, l’amant qui par la rouerie de ses tours, par des présents félons, –
Crains le Danois même quand il porte des présents : car
Quel dépit que le prestige d’iniques bienfaits, seulement faits pour tromper –
Gagna le consentement de ma reine s’évertuant en feinte vertu
À la cause de sa méprisable convoitise.
Quelle chute, et comme je me sens las, Hamlet !
De moi, oui moi, dont l’attachement était d’une retenue propre
À s’assortir aux vœux prononcés main dans la main au cours de l’hymen,
Qu’elle s’abaisse jusqu’à tomber sur un pendard aux qualités intrinsèques
Aussi ingrates devant les miennes !
Pourtant, de même que la vertu est assez ferme pour se montrer impassible
Quand des assauts impudiques la courtiseraient sous les dehors des cieux,
De même la débauche est prête à se satisfaire d’une céleste alcôve,
Fût-elle captive de quelque ange radieux, pour y chasser l’immondice.
Mais fais du silence ! Il me semble percevoir l’air de l’aurore,
Aussi dois-je me faire bref. Alangui auprès du mien verger,
Comme d’habitude après les douze heures sonnantes,
En cette heure sereine que de moi ton oncle déroba,
Au moyen d’une fiole d’essence maudite au nom sacré d’Hébé
Pour verser dans la tragique scissure de mes oreilles ce distillat sordide
Dont l’effet est tant adverse au sang que, vif comme le mercure,
Il se répand au travers des portes d’entrée par les voies naturelles
Pour précipiter et coaguler instantanément, comme présure dégouttant sur le lait,
Le sang clair et homogène, et ainsi en alla-t-il du mien,
Une gale m’écorcha immédiatement comme un nouveau Lazare
En recouvrant d’une croûte vile et infecte mon corps à la peau si lisse.
C’est ainsi que je fus, tout endormi, dépouillé par la main d’un frère,
Tout à la fois ravi à la couronne, à la reine et à la vie, cueilli en la fleur du péché même,
Sans confession, privé d’onction, hors la communion,
Dépêché à devoir rendre raison tout chargé du faix de mes travers :
Point de salut à attendre sans m’être pu mettre en règle.
Horrible ! Quel horrible instant ! Plus que superlativement horrible !
Ne laisse pas le sang en toi l’endurer,
Ne laisse pas ce forfait sans lendemain,
Ne laisse pas le lit de Danemark faire litière au stupre et à l’inceste damné.
Mais, de quelque manière que tu t’y prennes,
Ne tente rien contre ta mère, n’y souille pas ton tempérament,
Laisse au ciel le soin du sort de son âme,
Et à la spinule qui gît au tréfonds celui de la fouetter et de la cingler.
Salut à toi Hamlet, je m’en dois retourner à l’instant.
Le ver luisant dit le matin proche en pâlissant encore, lui, ses feux pâles et sans visée.
Adieu, adieu, Hamlet, retiens mes mots.
Il sort
HAMLET — Ô haut hôte du Parnasse, Apollon ! Ô terre ! Quoi d’autre ?
L’y unirai-je aussi, elle ? Ophélie ? Hauts les cœurs !
Ô vous, mes tendons, raidissez-vous sans plier sous l’âge
Et hissez-moi bien haut, moi Hamlet, droit comme fait l’I.
Retenir tes maux ! Sûr, pauvre esprit, tant que mémoire restera
À sa place en ce globe éperdu.
Retenir tes maux ! Sûr, en les tables de ma mémoire je veux essuyer tous les souvenirs vipérins
Toute la science des vieux bouquins, les icônes, les tensions passées
Que jeunesse et observance y inscrivirent pour que ne reste
Dans le grand tome de ma mémoire que ta seule instruction.
Ô plus perfide des femmes !
Vilaine ! Vilaine souriante ! Vilaine vile et scélérate !
Mes tables donc, car il sied que j’y couche ceci :
C’est que l’on peut sourire longuement, et être aussi vilaine.
Du moins suis-je certain que cela est possible à Elsinore.
il écrit gravement
Ainsi donc, cher oncle, c’est bien là que tu en es. Et ma devise qui maintenant sera :
« Adieu, adieu ! Retiens mes mots »
Je suis tenu.
HORATIOEn coulisse Seigneur ! Seigneur !
MARCELLUSEn coulisse Seigneur Hamlet, ne nous abandonnez pas !
HORATIOEn coulisse Que le ciel, au besoin, lui vienne en aide !
HAMLET — Ainsi croit-il !
HORATIOEn coulisse Hohé, hého, seigneur !
HAMLET — Hoho, polisson oisif ! Chemine, fiston, et parviens.
MARCELLUS — Ça va, seigneur ?
HORATIO — Quoi de neuf, seigneur ?
HAMLETGrave À merveille, Horatio.
HORATIO — Parfait, seigneur, dites-nous tout.
HAMLET — N’y compte pas, Horatio, tu l’irais rapporter.
HORATIO — Pas moi, seigneur, par l’Eden.
MARCELLUS — Et moi non plus, seigneur.
HAMLET — Comment taire ? Vous dire, direz-vous ?
Cœur humain pourrait-il, ne fût-ce qu’une fois, rien penser de cela ?
Je me fais de la bile, vous ne saurez pas taire le secret si je le découvre.
HORATIO & MARCELLUS — Si, par l’éther, seigneur.
HAMLET — Il y a un vaurien nouveau pour discourir
Par monts et par vaux de Danemark, mais c’est un coquin fini.
HORATIO — Pas besoin qu’une sorte de fantôme évacue sa tombe
Si c’est pour nous conter ceci.
HAMLET — Comme c’est vrai, c’est troublant ! Tu es bien dans le vrai !
Ainsi, sans plus de cérémonie, je regarde comme approprié
De nous serrer dès maintenant la main pour nous séparer,
Vous deux au gré de vos désirs et obligations
– car chacun est régi par ses propres obligations et ses propres désirs, en l’état –
Tandis que pour ce qui regarde ma pauvre petite part, Horatio,
J’aurai une prière à formuler, vois-tu ?
HORATIO — Seigneur, ce n’est là qu’un maelström de folles paroles.
HAMLET — Je suis fort marri de te voir très outré, de tout cœur ;
Oui, par ma foi, de tout cœur, par deux fois.
HORATIO — Il m’appert qu’il n’y a point outrage, seigneur.
HAMLET — Soit, par Saint Patrick, mais il y a pourtant toute ma rage, Horatio,
Et c’est bien trop doux encore. À l’endroit de cette apparition, je ne peux t’en toucher qu’un mot :
L’honnête fantôme n’a rien pour être honni.
Quant à votre désir commun de connaître ce qui nous lie, vous aurez obligation
De le contenir autant qu’il vous est possible. Et maintenant, mes bons amis,
Puisque vous êtes tout à la fois amis, savants et pertuisaniers,
Soyez assez bons pour accéder à une mienne requête.
HORATIO — Quoi donc, seigneur ? Nous acceptons, c’est accordé.
HAMLET — C’est ne jamais faire savoir ce que vous avez vu
Ces nuits dernières, au val.
HORATIO & MARCELLUS — Point du tout, seigneur.
HAMLET — Non, mais donnez votre parole.
HORATIO — Par ma foi, l’indiscret ne sera pas moi.
MARCELLUS — Moi pas plus, seigneur, par deux fois.
HAMLET — Sur mon arme.
MARCELLUS — Nos paroles sont déjà engagées, seigneur.
HAMLET — En effet, je vous en donne acte, mais pas sur mon fer.
GHOSTDe dessous Promettez.
HAMLET — Holà, garçon ! Tu fais encore l’écho ? Es-tu là, sou vaillant ?
Allons, vous entendez cet altier écho et son babillage des cavernes,
Daignez jurer.
HORATIO — Énoncez l’engagement, seigneur.
HAMLET — Ne jamais livrer en parlant ce que vous vîtes, répondez-en sur l’estoc.
GHOSTDe dessous Promettez.
HAMLET — Ici encore une fois ? Déplaçons donc les fondements de nos propos.
Mettons-nous là, messieurs, et reposez encore le bras sur mon arme pour sceller alliance :
Ne dites jamais ce que vous entendîtes.
Jurez par l’épée.
GHOSTDe dessous Jurez.
HAMLET — Ça c’est parlé, pépère ! Comment peux-tu labourer si la terre est si pressée ?
Un brave mineur ! Ah compagnons, remuons encore un peu pour l’éviter.
HORATIO — Un jour, de nuit, dans la galerie ! Mais comme ces faits sont étranges !
HAMLET — Y étant étranger, c’est raison de plus, Horatio, pour y réserver bon accueil.
Il y a plus de mystères dans la terre et l’éther
Que les philosophes de ta connaissance ne s’en représentèrent.
Mais venons-en au but, ici-même : Jurez que jamais, maintenant comme auparavant,
Et veuille bien votre bienveillance vous y seconder,
De quelque étrange façon que je me puisse comporter,
Car je pourrais prochainement être amené à trouver opportun
D’adopter des dispositions fort peu classiques,
Que jamais donc, m’observant à l’occasion de telles circonstances,
N’aurez tendance, de tels battements des bras ou hochements de tête,
Ou en des circonlocutions ambigües comme ‘Nous le savons sans équivoque’,
‘L’aurions nous su, nous l’aurions pu’, ‘Si nous daignions parler’,
‘Peu s’en faut qu’il faille’ ou toute autre expression entendue,
À donner à croire que vous en sauriez plus ou moins sur moi.
À n’en rien faire qu’à votre tête soient secourables grâce et merci.
Donnez votre parole d’honneur.
Horatio et Marcellus se regardent interdits
GHOSTDe dessous Donnez votre parole de taire de telles paroles
Si elles vous passent par l’esprit.
HAMLETHurlant Silence, esprit dévoyé, disparais sur l’heure !
Ils gagent silencieusement de tenir leur langue
Ah, enfin ! Messieurs, c’est tout à ce bonheur que je me recommande à vous
Et sachez que rien de ce qu’un pauvre hère comme Hamlet peut faire,
Avec l’aide de Dieu, pour vous marquer sa reconnaissance comme sa gratitude,
Ne vous manquera. Partons par là mais restez bouche cousue, je vous prie.
L’heur est comme l’instant sans durée, si se distend le temps restant.
Détresse damnée à nulle autre seconde qu’être né dans le but de l’assortir !
Ou plutôt non, ne parlons pas de ça, et suivez-moi.
Ils se dirigent vers la sortie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire